De Brazzaville à Singapour : Un livre qui sort des sentiers battus...

Quatrième de couverture du récit de Brazzaville Singapour…

 

                                Un livre qui vous emmène en voyage !

courrier de l'ouest

                           Boulanger de l'extrême                    

                         Je clic sur la photo

Photo de 1974097

                                      


                                                                                      

https://www.amazon.fr/Brazzaville-Singapour-Alain-Juignet/dp/2411000596/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1549594600&sr=1-1&keywords=alain+juignetQuatrième de couverture du récit de Brazzaville à Singapour                                                                                                                                       

Chapitre I : il faut commencer par du rêve. Et les choses deviennent réelles à moment ou à un autre.

Chapitre II : formation au centre d'études du tourisme hôtelier de Vichy.

Chapitre III : Ah… Et à propos de l'essentiel !

Chapitre  IV : au Congo Brazzaville, mission offshore pour Elf.

Chapitre V : L'intendance suit au Congo Brazzaville. Dupont et les pygmées dans la forêt équatoriale.

Chapitre  VI : Petite mission sur la plate-forme Platon en mer du Nord.

Chapitre VII : Mururoa, l'île aux cailloux fondus témoin de la bombe.

Chapitre  VIII : Les croisières en Méditerranée.

Chapitre IX : les mers et les océans au long cours.

Chapitre X : en route pour les TAAF : Terres australes et antarctiques françaises. L'archipel des îles Kerguelen s'appelait jadis « les îles de la désolation »

Chapitre XI : l'Allemagne de l'Est soviétique et le rideau de fer. Que s'est-il passé derrière le mur de Berlin ?

Chapitre XII : Mon arrivée dans un pays en guerre, entre Iran et Irak au début des années 1980. Tout peut arriver à Bagdad !

Chapitre XIII : Mission dans le golfe persique. Abu-Dhabi, territoire des Émirats arabes unis.

Chapitre XIV : Le Nigeria et toute sa misère. Du travail au Noires ! Pour les Blancs…

Chapitre XV : l'Algérie. Une terre et son histoire en portes fermées, avec un peuple réduit au silence.

Chapitre XVI : Mes conclusions !

https://www.editions-persee.fr/portrait-du-mois-alain-juignet/

Dans la vie, il faut se donner les moyens de surmonter les difficultés, d'apprécier les challenge et les voyages. L'auteur relate son parcours professionnel peu ordinaire dans un univers bien particuliers, en ayant suivi un long chemin, un passé attachant conté avec tact. Tendresse et sensibilité. Que l'on soit explorateur, aventurier ou simple touriste, la magie du voyage opère toujours. L'auteur nous fait partager son aventure dans des pays parfois difficiles, que ce soit sur les plans sécuritaire ou politique du pays, ou sur les îles lointaintes, avec des modes de vie souvent particuliers, des réligions différentes et des gastronomies variées. Ces aventures laissent en mémoire des années d'enchantement et d'insouciances, qui forment ensuite un certain art de vivre. Elles laissent des souvenirs impérissables et nostalgiques dans la mémoire du voyageur. Dans cet ouvrage libérateur de souvenirs, il relate son vécu et sa vision d'événements, que ce soit sur terre ou en mer, son parcours international, riche d'expériences. Face à des conditions de vie souvent extrêmes, une solide motivation était de rigueur, obligeant les équipes à se mettre en quatre, que ce soit concernant la gestion d'une base vie à terre ou d'une base vie ofshore en mer.

{LE LIVRE DE BRAZZAVILLE A SINGAPOUR EST DISPONIBLE AUX EDITIONS DU NET...} Egalement sur commande en Librairie,maison de la Presse,Amazon,la Fnac, etc...

 

http://www.leseditionsdunet.com/autobiographie/5978-de-brazzaville-a-singapour--alain-juignet-9782411000596.html

 

          MES CONCLUSIONS                                                                                                                                                                     

Il ne faut pas croire, l’expatriation n’est pas la panacée. Quand on se sent seul de l’autre côté du miroir, on constate que la réalité sur place est plus nuancée. J’ai vu certains arrivés sur place et au bout de huit jours tourner les talons. En ce qui me concerne j’ai persisté plusieurs années sans lâcher prise. Peut-être par fierté, mais surtout par curiosité. On nous appelait les salariés expatriés, ou le backpacker. L’expérience de l’éloignement, du nouveau, de l’inconnu, ce côté grisant, fascinant, mais aussi il faut le dire très violent. Mais voilà ! Ça on n’en parle pas. La solitude culturelle un sentiment d’isolement si particulier. La solitude n’est bien sûr pas un mal réservé à ceux qui ont choisi de partir vivre des missions dans un autre pays. Nous sommes nombreux à en souffrir chaque jour. Parfois même plus proche de nos familles. Je ne parle même pas de la souffrance des millions de personnes qui sont-elles en exil forcé dans des sociétés qui ne sont pas bienveillantes à leur égard. Pris dans la course du quotidien pour s’adapter expérimenter vivre l’intensité de l’expérience on oublie toutes les petites difficultés qu’on arrive à surmonter chaque jour. Toutes les petites choses qui ont provoqué des émotions fortes. Et aussi toutes ces petites choses que nous n’avons pas eu le temps de traiter sur le moment. Si on est en burn-aout l’employeur, ne viendra pas nous cajoler, et n’ira pas non plus prendre un rendez-vous chez un psychologue ou un psychanalyste comme en France. Toutefois avec du recul et mon expérience dans ces pays où j’ai travaillé qui n’étais pas des pays faciles, auxquelles tous les jours j’étais face à moi-même, et tous les matins je me remettais en question. Je me permets de recommander à toutes celles et tous ceux qui sont tentés par ce genre d’expérience de bien se renseigner et d’y regarder à deux fois.                                                                                                                                                                                                                                              

" LE JOUR OU JE VAIS DISPARAITRE !!

« Le jour où je vais disparaître, j'aurais été poli avec la vie car je l'aurais bien aimé… Et beaucoup respecté. Je n'ai jamais considéré comme chose négligeable l'odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit dur et ressac sur le sable lorsque la mer est calme. Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. Je suis poli, voilà. Ils font parti de mes promenades heureuses sans cesse renouvelés. Le passé c'est bien, mais l'exaltation du présent, c'est une façon de se tenir, un devoir. Dans notre civilisation d'aujourd'hui, on maltraite le présent. Nous sommes sans cesse tendus vers ce que l'on voudrait avoir, on ne  s'émerveille plus de ce que l'on a. On se plaint de ce que l'on voudrait avoir. Drôle de mentalité ! Ce contenter, ce n'est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l'on a, c'est un savoir-vivre. »

Terre antarctique francaiseTimbre d algerieTimbre d irakTimbre de la polynesieTimbre malaisieTimbre du congoChapitre 10 navire oceanographique 1Nouveau livre etat 42Cf0a248f75c8de4ac36fe81ae8d3a2d2

Timbre d arabie saoudite

De Brazzavile à Singapour Les Tribulations d'un boulanger voyageur

  • Nom du fichier : DE BRAZZAVILLE A SINGAPOUR
  • Taille : 310.37 Ko
yes /

Télécharger

De Brazzavile à Singapour Les Tribulations d'un boulanger voyageur

 

Date de dernière mise à jour : 16/06/2019